Amazon perd sa tentative de retarder le vote syndical en Alabama

5078

Le National Labor Relations Board (NLRB) a rejeté une série de motions d’Amazon visant à retarder une élection syndicale dans l’un de ses entrepôts situé à Bessemer, en Alabama. Le 8 février, les employés de cet entrepôt doivent commencer à voter pour savoir s’ils veulent devenir membres du Retail, Wholesale, and Department Store Union (RWDSU).

Amazon avait précédemment déposé deux motions pour retarder l’engagement, y compris une pour forcer un vote en personne, malgré les risques de contracter le Coronavirus. Le NLRB a rejeté les deux motions.

Dans une déclaration du RWDSU, « Une fois de plus, les travailleurs d’Amazon ont gagné un autre combat dans leur effort pour obtenir une voix syndicale. » Ils ont également ajouté : « La décision d’aujourd’hui prouve qu’il est grand temps qu’Amazon commence à respecter ses propres employés et leur permette de voter sans intimidation ni interférence. »

Amazon a déclaré qu’il pensait que la décision entraînerait un nombre moins important d’employés à voter. « Nous sommes déçus par la décision du NLRB de ne pas fournir le format le plus juste et le plus efficace pour obtenir une participation maximale des employés« , a déclaré un représentant de l’entreprise. « Même le National Labor Relations Board reconnaît que le taux de participation des employés à ses propres élections menées avec des bulletins de vote par courrier est de 20 à 30 % inférieur au taux de participation au vote en personne. »

Amazon a une fois de plus répondu de manière insolente en ce qui concerne les efforts de syndicalisation dans ses entrepôts. L’année dernière, l’entreprise avait coordonné des efforts pour rabaisser un organisateur d’employés en public dans un entrepôt de Staten Island. Plus tard cette année-là, des journalistes ont surpris l’entreprise en train de recruter des analystes pour surveiller les « menaces d’organisation du travail« . Peu après la publication de l’offre d’emploi, celle-ci a été retirée.

es travailleurs de l’entrepôt allemand de l’entreprise se sont mis en grève en juin dernier en raison d’un prétendu manque de protection contre le Coronavirus.